jeudi 28 février 2013

La grève de la vie

Auteur: Amélie Couture
Illustrateur: Marc Boutavant
Collection: Les premiers romans
Éditeur: Actes Sud Junior
Année: 2002
 
Cycle des approfondissements, Niveau3


Résumé:

Une petite fille raconte: Depuis que Mamie est morte, et que Papa a décidé que j'irai me changer les idées en colonie, je fais la grève de la vie.
Enfermée dans sa chambre, avec l'oiseau offert par Mamie, et ni Papa, ni Isabelle (la femme de papa) ne peuvent la faire sortir.
 
Mon avis:

J'avoue que ce roman m'a beaucoup touchée. Peut-être parce que le thème m'a renvoyé à des souffrances de l'enfance, mais probablement aussi parce que le point de vue adoptée (focalisation) nous projette directement dans le ressenti pur de la petite fille. Nous devenons elle, nous ressentons ce qu'elle ressent, et lorsqu'elle se met à pleurer, nous aussi on a envie de pleurer!
Le sujet traité est assez difficile, et pour l'aborder en classe il faut savoir prendre du recul, afin de ne pas tomber dans le mélo... Mais il est si bien écrit, qu'il serait dommage d'en priver nos élèves.
 
Quelques pistes:


  • Littérature:

J'imagine un travail autour de(s) intérêt(s) de l'utilisation de la focalisation interne en littérature. Peut-être une mise en réseau avec Verte, de Marie Despleschin pourrait aider à identifier l'intérêt d'un tel choix.
Un élargissement est possible autour des récits de vies, qui utilisent en général la focalisation interne, comme le Journal d'un chat assassin d'Anne Fine.


A propos du livre:


mamemoir

Le Petit Chaperon Uf

Auteur: Jean-Claude Grumberg
Illustrateur: Benjamin Bachelier
Collection: Heyoka Jeunesse
Editeur: Actes-Sud Papiers
Année: 2005
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Cycle des Approfondissements


Résumé:

C'est l'histoire du Petit Chaperon Rouge revisitée, avec un loup déguisé en caporal anti-Ufs et anti-Oufs, et un Petit Chaperon Uf, qui ne sait pas qu'elle est Uf, et qui découvre ainsi ce que signifie être Uf (devoir porter le bonnet jaune, interdiction au beurre, etc...). Vous l'aurez compris, notre loup n'est rien d'autre qu'un SS, à la poursuite du Petit Chaperon Rouge, c'est à dire des juifs...
 
Mon avis:


Une pièce saisissante, qui mérite certainement d'être vue jouée (comme normalement la plupart des pièces de théâtre...). A la fin de l'oeuvre, un petit récit biographique de l'auteur nous amène à comprendre le pourquoi de cette oeuvre. Un texte à travailler lorsqu'on aborde la seconde guerre mondiale avec les élèves, c'est certain! J'en profiterais d'ailleurs pour mettre à disposition des élèves le journal d'Anne Franck, que je juge peut-être un peu difficile pour cette tranche d'âge-là, mais qui fera peut-être envie aux bons lecteurs, qui voudront approfondir le sujet.
 
Quelques pistes:


  • Littérature:
 
La transposition de contes traditionnels dans un contexte différent (contexte historique, social...) peut-être un objet d'étude intéressant en littérature de jeunesse. Ainsi, on pourrait comparer cette pièce avec le conte de Grimm (la fin rappelle plus celui de Grimm que celui de Perrault), afin d'en dégager les similitudes (personnages, lieux, situations, évènements etc...). Un débat interprétatif sur la possibilité d'une morale (et ce qu'elle dirait) pourrait être mené.
La lecture de nombreuses réécritures du Petit Chaperon Rouge (que l'on n'exploiterait pas toutes autant que le Petit Chaperon Uf, certaines en simple lecture offerte, d'autres en simple consultation au coin lecture) pourrait amener à une réécriture personnelle ou en petit groupe du Conte, en transformant les personnages par rapport à notre quotidien (famille, télé, films, école, ville, futur...) et en laissant libre cours à l'imaginaire.
 

  •   Histoire:
 
Illustration de la période Nazie grâce à cette pièce, entre autres...
Peut-être une exposition dans l'école peut-être créée pour faire part d'un travail de recherche actuel autour de ce thème, avec des sources variées: documentaires, interviews, livres, musique, etc...

Pour aller plus loin:

Quelques extraits d'une mise en scène par la compagnie "Bobigny":


D'autres extraits d'une mise en scène par la compagnie "du Verseau":


Angèle au bout de la nuit

Auteur: Marie-Astrid Bailly-Maitre
Illustrateur: Eric Puybaret
Editeur: Gautier-Languereau
Année: 2003
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Maternelle ou Cycle 2


Résumé:

Angèle, sur le point de s'endormir, voit apparaitre sur le mur de sa chambre "Gare de la nuit". Un chef de gare étrange annonce l'arrivée du train de minuit. Sans même en connaitre la destination, Angèle décide de le prendre. A bord, elle interroge les moutons qui ignorent également la destination. Arrivés "Gare du désert", le mouton n°100 descend, suivi du mouton n°99, suivi du mouton n°98... Tout à coup, le train entame une descente sous la mer Méditerranée. Les passagers respirent grâce à des masques. Une famille de poulpes entre alors dans le train, et se met à chanter la dissolution du train dans l'eau. Angèle a peur, elle ne sait pas nager. Les poulpes la ramènent alors à la surface, sur la plage d'Alexandrie en Afrique. Un oiseau la prend alors sur son dos pour ramener l'enfant à Paris. Angèle en profite pour visiter l'Italie. A peine le pélican l'a-t-il déposée dans son lit que maman arrive la réveiller. C'est le matin.
 
Mon avis:

Un livre tout en douceur, pour plonger au pays des rêves. Personnellement, je privilégierais cet album pour des lectures offertes aux élèves afin de favoriser l'imaginaire et le plaisir, sans le dénaturer par des explications excessives, voire pour mes enfants (quand j'en aurais...) avant de dormir, pour appréhender une bonne nuit de sommeil. Cependant, en maternelle, cet album peut-être un bon moyen pour le travail de l'oral afin de reprendre les différentes étapes du récit, même en le paraphrasant. Cela permettrait de travailler le vocabulaire d'évocation, et de vérifier la compréhension des élèves face à un récit déstabilisant (qui joue complètement la carte de l'imaginaire).
 
Association thématique:


  • Le monde du rêve:
- Max et les maximonstres, Maurice Sendak.
- L'oreiller aux oiseaux, Marie Mélisou.
- Alice au Pays des Merveilles, Lewis Caroll (si utilisation au Cycle 3)

De temps en temps

Auteur / Illustratrice: Anne Herbauts
Editeur: Esperluète Editions
Année: 2006
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Cycle des approfondissements

Résumé:

Ce livre étant un poème, un résumé est impossible à faire.
Anne Herbauts, à la fois auteur et illustratrice, nous présente ici un poème illustré sur un album que l'on ouvre, que l'on lit, que l'on regarde, que l'on touche, que l'on entend parfois, que l'on ressent...
Sur la couverture: un éléphant déroule le fil (du temps?), quitte le nuage pluvieux pour se diriger vers le nuage neigeux... Derrière lui, un Dodo...
"de temps en temps,
je me perdais à l'ombre des mots et des images"
Un poème donc, pour se perdre au milieu du temps...
 
Mon avis - quelques idées:

Difficile de dire si cet album de poésie devrait être étudié en littérature de jeunesse, ou en séance d'arts visuels, tellement le texte et l'illustration s'entremêlent. Chaque double page pourrait être l'objet d'un débat interprétatif, pour essayer de voir ce que l'auteur a bien voulu dire. De plus, le vocabulaire utilisé n'est pas des plus simples, ce qui m'emmène à me demander si il est bienvenu d'étudier l'album en classe. C'est un album vers lequel on a envie d'aller, car l'objet en lui-même est intéressant. Et si on le laissait tout simplement à découvrir pour les petits curieux, les petits fouineurs, qui seraient incités à la découverte de la poésie par un projet sur l'année, durant lequel chaque semaine, un ou 2 élèves prendraient 10min chacun pour présenter un poème ou un recueil de leur choix, en expliquant le pourquoi du choix, avec une petite lecture (préparée en amont bien sûr par l'élève lecteur) offerte à la classe pour amener le groupe au plaisir du partage des lectures.
 
Association thématique:


  • Le temps:
- "Petits poèmes pour passer le temps", de Carl Norac et illustré par Kitty Crowther.
- "Moi j'attends", de Davide Cali et illustré par Serge Bloch

L'Homme qui allumait les étoiles

Auteur: Claude Clément
Illustrateur: John Howe
Editeur: Casterman
Année: 1991
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Cycle 3


Résumé:

Un vagabond, portant une échelle sur l'épaule, croise un enfant seul au monde qui décide de le suivre. En traversant le village, l'homme dit aux habitants qui le questionnent qu'il n'est pas ramoneur, mais qu'il fait briller les étoiles. Les habitants se moquent de lui, et le rejettent. Le vagabond s'en va, toujours suivi par l'enfant. Arrivé dans un champ, l'homme dresse son échelle et grimpe si haut que l'enfant le perd de vue. L'enfant hésite à le suivre, mais décide de patienter. L'homme, arrivé au sommet de l'échelle, frotte une boule sombre avec un chiffon, et celle-ci se met à briller. Son métier est bien d'allumer les étoiles. L'enfant, toujours hésitant, décide de le rejoindre pour l'aider. Au sol, des bûcherons passant par là, coupent les pieds de l'échelle. L'étoile se met alors à bouger. L'homme et l'enfant partent allumer les étoiles sur leur étoile filante. Depuis ce temps là, dans les nuits d'été, on peut apercevoir une étoile passer, qui ne cesse jamais de filer.


Mon avis:

Ce magnifique conte (presque un conte étiologique nous contant comment les étoiles se sont éclairées) nous plonge dans un univers imaginaire qu'il serait dommage de briser par une étude en classe. Ainsi, je n'envisage d'aborder ce conte en classe qu'à travers une lecture offerte à la classe, ne montrant pas les illustrations (pour amener les élèves à se plonger vraiment et complètement dans leur imagination). Les élèves pourront ainsi à la suite aller consulter le livre au coin bibliothèque, pour lire la fin si elle n'a pas été contée, ou tout simplement pour observer les illustrations très sombres, à l'aquarelle. Observer comment les personnages ont été représentés, et en discuter éventuellement entre eux si l'envie se fait sentir (le vagabond a un visage angélique, presque de femme, tandis que l'enfant a un visage très dur, presque d'adulte...).

Mademoiselle Sauve-qui-peut

Auteur / Illustrateur: Philippe Corentin
Collection: Lutin Poche
Editeur: L'école des loisirs
Année: 1996
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Maternelle


Résumé:

Mademoiselle Sauve-qui-peut est une enfant très espiègle: elle terrorise tous les animaux. Un jour, sa mère, épuisée par toutes ses farces, l'envoie chez sa mère-grand pour lui porter une galette et un petit pot de beurre. La voilà qui traverse la forêt à toutes jambes, tandis que les animaux effrayés s'enfuient. Arrivée à destination, elle ne trouve pas sa mère-grand, et décide de lui plier son lit en portefeuille. Mais dans le lit le loup fait semblant de dormir...  Est-ce mamie? Elle est malade? Et sa langue? Et ses dents? Eh oui, la gamine n'est pas bête, elle n'est pas le Petit Chaperon Rouge non plus! Elle fait la différence entre un loup et une mamie! Allez, ouste! Elle tente de chasser le loup terrorisé. Sur ce, mère-grand arrive, et s'interpose pour protéger le loup qu'elle a recueilli, à moitié mort de faim et de froid. Sans même s'excuser, l'enfant s'en va au grand soulagement du loup qui partage un bout ragout avec mère-grand.
 
Mon avis:

Voilà une réécriture du Petit Chaperon Rouge originale! Au lieu de la petite fille naïve et fragile, on a une vraie peste sans cœur. Au lieu d'un loup dangereux et vorace, on retrouve un loup terrifié et fragile. Bousculant complètement les rôles du conte traditionnel de Perrault, ce conte déstabilise. J'aime bien les illustrations qui amènent une deuxième narration: on y voit les diverses "farces" de la gamine, les animaux effrayés sont à mourir de rire...
 
Quelques idées...
 
  • La double narration dans l'album:

En maternelle, j'imagine une lecture à haute voix de l'enseignant sans montrer les illustrations pour une première lecture. Une deuxième lecture peut-être faite à partir des illustrations, que les enfants décriraient. Une troisième lecture repartirait sur le texte, en montrant les illustrations. A l'issue des 3 lectures, on pourrait amener les élèves à exprimer leur ressenti par rapport aux différentes lectures. Ont-ils préféré avec ou sans les illustrations? Pourquoi?
 
  • Mise en réseau autour des réécritures du Petit Chaperon Rouge:

Comparer les différents écrits. Qui est le méchant? Qui est le gentil? Comment on le voit dans les illustrations? Comment on le voit dans le texte (ce qui est dit)? Comment ça fini? "Pourquoi"? (Le but ici est de repérer les éléments du récit, de voir quels personnages reviennent, ceux qui ne reviennent pas, qu'un récit a un début, une fin...)

mercredi 27 février 2013

Je ferai des miracles

Auteur: Susie Morgenstern
Illustrateur: Jiang Hong Chen
Editeur: De La Martinière
Année: 2006


Hors liste de référence
Age selon moi: Fin Maternelle, Début Cycle 2


Résumé:

Un petit garçon raconte. On lui demande toujours ce qu'il veut faire plus tard, et il répond toujours pilote, pompier, parce qu'il n'en sait rien. Mais aujourd'hui, il sait ce qu'il veut faire: Faire lever le soleil, agiter les vagues de la mer pour entendre le concert, guérir les malades avec un verre de limonade, faire revivre les morts pour qu'ils fassent encore du sport, etc... Mais avant tout, il faut certainement apprendre à lire!


Mon avis (2009):

D'abord séduite par les aquarelles soulignées à l'encre de Chine, je me suis prise au jeu de cet album qui amène l'enfant à rentrer tout en douceur dans le monde de l'écrit. Tout d'abord grâce aux illustrations, qui aident l'enfant à comprendre. Mais aussi à travers la musicalité du texte dans lequel les rimes en fin de "vers" sont récurrentes. Et surtout grâce à la chute de l'album, qui invite l'enfant à la nécessité d'apprendre à lire.

Edit 2013:
Finalement, les années ont passé, des écrits restent, mais d'autres passent... Celui-ci fait partie de ces écrits qui ne m'ont pas grandement marquée, puisque, si je me souviens de l'avoir lu, je ne me souviens plus du tout de quoi ça parle. Et même mon article ne me permet pas de retrouver des images ou des sensations pérènes suite à la lecture... Bref, pas sûr donc que j'ai beaucoup accroché à cet album!
Si vous pensez que c'est un incontournable, libre à vous de tenter de me convaincre de me procurer l'album pour le redécouvrir...


2-3 idées...
 
  • Rentrer dans l'écrit en fin de maternelle ou début CP:
Travail sur la conscience phonologique, en parallèle à des comptines, avec le repérage d'unités de son récurrentes.
La conclusion de l'album également amènerait les élèves à donner du sens à l'apprentissage de la lecture, et peut donc inciter les enfants à avoir envie d'apprendre à lire, tout en donnant une finalité à cet apprentissage.
 
  • Arts visuels:
Travail sur l'aquarelle: Faire des tâches de couleur, et expérimenter des techniques, avec beaucoup d'eau, peu d'eau, du sel (qui absorbe l'eau: parallèles avec les sciences?), sur des papiers très absorbants, très lisses, etc...

L'Arbre à Kadabras

Auteur: Marie-Sabine Roger
Illustratrice: Vanessa Hié
Editeur: Casterman
Collection: Les albums Duculot
Année: 2007
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Fin Cycle 2, Début du Cycle 3


Résumé:

Avant de partir, le papa de Tom a planté tout un tas d'arbres bizarres dans un jardin secret. C'est Tom qui s'en occupe. Dans ce jardin, on trouve des Poinaniers, des Pompotiers, des Tartinomiels, un grand Caillé Aspiral, un Arbrizou, un Flibustier, un Vagalam... Mais surtout, dans ce jardin, il y a l'arbre à Kadabras, un arbre magique, son préféré, qui, c'est sûr, permet de faire revenir les gens... et les papas?
 
Mon avis:

Pour moi, cet album est un poème: on se délecte d'une écriture créative, imagée, qui prend pleine part aux illustrations, qui s'envole, s'enroule, coule, ondule... On rêve face aux illustrations colorées, pleines de douceur, qui offrent des paysages surréalistes dans lesquels on a envie de se lover...
Si vous avez envie de vous évader, alors n'hésitez pas, cet album est un véritable régal!
 
Quelques idées, par-ci, par-là...

Littérature: Parallèle évident avec la poésie, notamment les Calligrammes, mais également avec la poésie surréaliste et un travail sur les mots-valises, à la fois pour comprendre le mode de construction du lexique français, mais également pour comprendre comment on peut jouer avec la langue pour créer des mots nouveaux, bien à nous (appropriation du langage, développement de l'imaginaire, de la créativité). Autour de ces mots-valises, les élèves pourraient créer des mots-valises, puis en écrire la définition, et/ou l'illustrer.
On pourrait, avec les plus grands, pousser le plaisir à créer des calligrammes illustrant et définissant ces mots-valises.

On en parle chez...

Charivari, qui espère monter un projet avec des CE...
Enseignants, on vous le conseille sur Monécole.fr
L'académie d'Aix-Marseille vous propose quelques pistes pédagogiques.
Lire en lien (Kharine) vous propose quelques liens utiles autour de l'album.

Toi, vole!

Auteur: Eve Bunting
Illustrateur: Frédéric Rébéna
Traducteur: Fenn Troller
Editeur: Syros
Année: 2006
 
Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Papa et moi, nous vivons dans un aéroport. Il y fait chaud, c'est mieux que la rue. Mais il faut savoir rester discret, si on ne veut pas qu'on nous mette dehors. Toujours se déplacer, ne jamais rester avec les mêmes gens, ressembler aux voyageurs... Un jour, un petit oiseau est rentré dans l'aéroport. Il était prisonnier, ne retrouvait pas la sortie. Alors je l'encourageais, pour qu'il n'abandonne pas, et il a fini par s'échapper. Mais c'est difficile. Avec mon ami, on fait des petits boulots, pour gagner un peu d'argent, comme porter les valises des vieilles dames. Moi je le garde pour papa, pour qu'il puisse avoir de l'argent pour acheter la maison. Quand maman est morte, il n'avait pas assez d'argent pour garder la maison. Alors il travaille mais ça ne suffit pas. J'ai parfois l'impression qu'on n'y arrivera jamais. Puis je repense à l'oiseau, et ça me redonne du courage...
 
Mon avis:

J'aime beaucoup cet album. Tout d'abord par le sujet traité, poignant mais pas abordé en mélodrame. Il nous rappelle que finalement, ce n'est pas parce qu'on n'en a pas la tête qu'on ne souffre pas, qu'on n'a pas besoin d'aide. Par la relation entre le père et son fils qui se soutiennent durant ces dures épreuves. Les illustrations également, au trait de peinture d'une grande douceur, et d'une certaine transparence, nous posant en spectateur de la scène, comme si nous étions derrière une vitre de l'aéroport.
 
Pour aller plus loin:
 
Ils l'ont lu: Sophie, Laura Fontanella,
SNuipp: Une sélection pour le cycle 2
Sélectionné par Lab-elle

Quand mon chat était petit

Auteur - Illustrateur: Gilles Bachelet
Éditeur: Seuil Jeunesse et Crapule! Productions
Année: 2006
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Cycle 3
 
Résumé:

Je ne résumerais pas ce livre impossible à résumer! Il faut le lire et puis c'est tout!!!
 
Mon avis:

De l'humour, de l'humour, et de l'humour... Comme l'a dit l'un de mes professeurs, il se moque de nous ou quoi? Il parle de qui? Un chat? Un éléphant? Un chat plutôt balourd? Un éléphant félin? Ou pousse-t-il tout simplement le vice jusqu'à s'amuser lui-même de notre désarroi face à toutes ces contradictions?
A découvrir absolument.
 
Quelques pistes...

Débat interprétatif incontournable, face à toutes ces illustrations contradictoires avec le texte. Comme quoi texte et image ne sont pas toujours redondants...
Travail sur l'humour, définition de l'ironie, écriture d'un texte court ironique...
Travail sur la relation texte/image dans l'album. Comparaison avec d'autres albums présentant également une double narration texte et images.

Pour le plaisir, un petit extrait...

La Goutte de miel

Conte Arménien raconté par Vincent Dès
Illustratrice: Lise Mélinand
Editeur: BilbOquet
Année: 2005

Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Dans un petit village heureux, un berger étranger avec son chien vient acheter du miel à l'épicerie. Tandis que l'épicier verse à la louche le miel dans un pot, une goutte tombe parterre. Une mouche se dirige vers la goutte de miel, le chat saute sur la mouche et la tue, le chien saute sur le chat et le tue, l'épicier saute sur le chien et le tue, le berger saute sur l'épicier et le tue, les villageois sautent sur le berger et le tuent... jusqu'à ce que la guerre soit déclarée entre les royaumes auxquels appartenaient l'épicier et le berger.
C'est l'horreur, tout est détruit, il y a eu beaucoup de morts... Mais ceux qui ont survécu ne savent pas comment ni pourquoi tout a commencé...
 
Mon avis:

J'aime beaucoup l'aspect déstructuré, géométrique et coloré des illustrations. Ce conte me fait penser à la structure d'un conte en randonnée qui n'en est pas vraiment un (enfin... je ne suis pas sûre): l'action de tuer par vengeance se répète, mais aucune phrase ne revient mot pour mot (contrairement à mon résumé). Finalement, la dernière phrase nous amène à nous questionner sur la cause de la guerre, et à tenter de le généraliser sur les guerres que l'on connaît... Cependant, je ne sais pas si il est très judicieux de l'expliciter en classe. Ne devons-nous pas laisser l'élève dans ce cas-là tirer ses conclusions seul, sachant que les réponses ne sont pas dans l'œuvre?
 
Associations thématiques:


  • La guerre:
- "Wahid", Thierry Lenain

Un bon point pour Zoé

Auteur - Illustrateur: Peter H.Reynolds
Traductrice: Emmanuelle Pingault
Editeur: Milan jeunesse
Année: 2003

Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Zoé ne sait pas dessiner, un point, c'est tout! Mais qu'elle dessine donc un point, lui demande la maîtresse, et sans oublier de signer bien sûr! Lorsqu'elle voit son point encadré au-dessus du bureau de la maitresse, elle n'y tient pas: elle peut en faire des bien plus beaux quand même! Et là voilà, qui prend ses pinceaux, sa boite de couleurs, et qui dessine des points de toutes les tailles, de toutes les couleurs... Lors de l'exposition, un petit garçon en admiration devant ses  points, regrette de ne pouvoir être un artiste lui aussi. Non, il ne sait même pas dessiner un trait droit! Zoé lui demande alors de lui montrer, puis lui fait signer l'œuvre sur laquelle apparait un trait biscornu...
 
Mon avis:

Une ode à la persévérance et à la capacité! Un album indispensable pour ces jeunes élèves qui n'osent pas s'exprimer, sortir de leur coquille, qui ont peur de l'erreur. Nous aussi, on veut dessiner des points... ou des traits pas droits... ou des gribouillis... enfin, on veut prendre nous pinceaux, et être artistes! Je crois que je vais garder cet album sous le coude pour les jours de déprime, pour m'aider à affronter ce concours. On est tous capables!


Quelques idées...

Le texte étant court, les images assez explicites, certains mots récurrents, le vocabulaire simple, je trouve cet album intéressant pour l'aborder comme une première œuvre intégrale que l'élève pourrait lire seul (à adapter au niveau de lecture de chacun bien sûr: les plus avancés peuvent lire seuls l'album en entier, tandis que les moins avancés peuvent lire qu'une partie du texte), avant d'aborder un petit retour par écrit (texte ou dessin) pour savoir ce qu'ils ont compris, puis d'aborder la lecture magistrale (de l'enseignant). Enfin, j'imagine terminer ce travail par une interprétation sur ce qu'a voulu dire l'auteur, afin d'en tirer un enseignement par rapport à la relation des élèves à l'erreur. Cela pourrait ainsi aider les élèves les plus en difficulté face à l'apprentissage difficile de la lecture, afin de les inciter à persévérer, et surtout à valoriser chacun ses propres capacités au lieu de pointer du doigt ses difficultés.

Le Dé-mariage

Auteur / Illustratrice: Babette Cole
Editeur: Seuil jeunesse
Année:1997

Hors liste de référence
Niveau selon moi: A partir du Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Les parents de Démitrius et Clara Lamoureux ne sont jamais d'accord sur rien. Dans la maison, ils ne supportent rien de ce que fait l'autre. Ils ont des goûts totalement opposés, et passent leur temps à se jouer de vilains tours pour se venger. Tant et si bien que Démitrius et Clara n'en peuvent plus. Ils proposent alors le Dé-Mariage. Tout le monde est d'accord, même les parents! (pour une fois qu'ils sont d'accord ces deux-là!). A leur retour de lune de miel chacun de son côté, les enfants ont fait construire 2 maisons séparées. Ainsi, les enfants sont enfin heureux, et ont même tout ce qu'ils aiment en double!!!
 
Mon avis:

A mourir de rire! On passe autant de temps à scruter les illustrations pour y trouver des indices que le texte... De plus, cet album touche à un sujet qui préoccupe beaucoup les enfants: le divorce, mais de manière tout à fait légère, ce qui peut aider à dédramatiser la situation. Vraiment, un incontournable dans une biliothèque pour enfants.


Quelques idées...

- Littérature: Travail sur l'humour en littérature bien sûr! (En réseau avec "Oukélé la télé" de Susie Morgenstern peut-être, ou "L'Ogresse Maîtresse d'école" de Gérard Moncomble, ou encore "La Laide au Bois Dormant" de Grégoire Solotareff et Nadja...)

La couleur des yeux

Auteur: Yves Pinguilly
Illustratrice: Florence Koenig
Éditeur: Autrement Jeunesse
Année: 2001
 
Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Fati est aveugle. Ce matin, elle suit son ami Issa à la pêche. Alors que le garçon s'absente, Fati a une prise. Le sonson lui propose de le remettre à l'eau, et en échange il exaucera son vœu le plus cher. Fati ne le croit pas. Comment pourrait-elle un jour voir le monde entier de ses 2 yeux? Le sonson lui donne alors 2 de ses écailles, pour qu'elle les mette sur ses yeux. Fati le remet à l'eau et... miracle! Voilà que le monde se dévoile sous ses yeux!!! Lorsque Issa revient, il découvre que son amie a les yeux bleus. Au village, tout le monde la prend pour une sorcière. Terrifiés par cette couleur inconnue, ils la rejettent. Accompagnée de Issa, elle s'enfuit plus loin que l'horizon.
Très longtemps après, un superbe oiseau noir aux yeux bleus fait son apparition au village. Tout le monde est en admiration. Et comme rien n'arrive par hasard, peu de temps après, les 2 enfants devenus adultes reviennent. Les villageois, qui n'ont plus peur, les accueillent chaleureusement. C'est dans ce village que les deux jeunes gens donneront naissance à leurs enfants...
 
Mon avis:

D'abord attirée par l'illustration au pastel de la couverture, j'ai énormément apprécié découvrir ce récit, illustré admirablement, et écrit à la manière d'un conte oral, laissant suffisamment de mystère pour donner envie de le lire, et donnant les indices de lecture de manière subtile, pour aider les élèves à acquérir de vraies qualités de lecteur expert.
 
Quelques idées...

J'imagine aborder cet album en le découpant, afin d'inviter les élèves à envisager la suite en fonction de ce qui est dévoilé dans le texte et les illustrations, puis de vérifier en lisant la suite de l'œuvre. Le but de l'élève serait donc de découvrir les indices, et d'identifier leur source (je l'imagine ou je le devine ne suffisant bien évidemment pas, l'élève doit prouver ce qu'il avance!)
 
Associations thématiques:


  • Le handicap
- "Noir/Voir", François David, Motus
 
  • L'Afrique
- "Wahid", Thierry Lenain, Albin Michel Jeunesse
- "Moi, Dieu Merci qui vis ici", Thierry Lenain, Albin Michel Jeunesse.
- "L'Afrique de Zigomar", Philippe Corentin, L'école des loisirs.
- "L'Afrique petit Chaka", Marie Sellier, Réunion des Musées Nationaux.
- "Mon miel, ma douceur", Michel Piquemal, Didier jeunesse.
- "La Belle au bois dormant", Tahar Ben Jelloun, Seuil
 
  • La différence
- "Sentimento", Carl Norac, Bilboquet (Cycle 3)
- "L'oiseau de vérité", Jean-Jacques Fdida et Jean-Marie Machado, Didier Jeunesse

Le Géant de Zéralda

Auteur / Illustrateur: Tomi Ungerer
Traducteur: Adolphe Chagot
Editeur: L'école des loisirs
Collection: Lutin Poche
Année de première édition: 1970 en américain, 1971 en français

Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Un ogre, qui aime plus que tout manger les petits enfants, terrorise les villageois qui cachent tant et si bien leurs enfants que l'ogre est forcé de se contenter d'une nourriture frugale. Un paysan, qui vit loin de là, trop malade pour aller au marché, envoie son enfant Zéralda à la ville à sa place. L'ogre la voyant passer est très heureux d'avoir une petite fille au menu. Mais c'était sans compter sur les immenses talents de cuisinière de Zéralda, qui lui fait un véritable festin. Enchanté par cette nourriture toute nouvelle, l'ogre l'invite chez lui en tant que cuisinière. Ainsi, l'ogre oublie les petits enfants. Les villageois peuvent vivre tranquilles. Et Zéralda, devenue adulte, épouse l'ogre, lui fait de nombreux enfants. Ils vivent heureux... ou pas.


Mon avis:

Bien que les illustrations aient un côté vieillot, je trouve cette façon de voir la relation entre l'ogre et l'enfant intéressante. Je regrette que le ton humoristique ne soit pas plus prononcé. Cependant, la dernière illustration montrant le petit ogre avec couteau et fourchette dans le dos apporte un vrai plaisir, qui peut-être à l'origine d'un débat interprétatif: "pourquoi le petit ogre cache-t-il un couteau et une fourchette?".


Quelques idées...


  • Littérature: travail sur le contrat de lecture. Qu'attends-t-on à la fin? Que nous dévoile l'illustration? Que nous dit le texte? => Débat interprétatif.

mardi 26 février 2013

Le voleur de poule

Auteur: Béatrice Rodriguez
Editeur: Autrement jeunesse
Année: 2005

Cycle des apprentissages fondamentaux
Résumé:

Un renard vole une poule chez un ours. Accompagné d'un coq et d'un lapin, l'ours se lance à sa poursuite. Alors que les jours se succèdent, et que le renard et la poule semblent sympathiser, ils traversent ainsi la forêt, la montagne, l'océan... Les 3 compères arrivent enfin chez le renard, très en colère, mais y découvre que le renard et la poule sont tombés amoureux. Ils sympathisent alors et repartent le lendemain, laissant la poule en compagnie de son bien-aimé.


Mon avis:

Je n'ai pas beaucoup aimé cet album, dont je n'aime pas du tout les illustrations (regrettable quand même pour un album sans texte), et pour lequel je trouve le scénario un peu léger. Cependant, je reconnais que cet album, qui se présente sous un format à l'italienne, permet vraiment d'inscrire l'action dans le temps, et peut amener les élèves à situer oralement les personnages dans le temps et dans l'espace. Album intéressant pour un travail sur l'écrit en maternelle...

Wahid

Auteur: Thierry Lenain
Illustrateur: Olivier Balez
Editeur: Albin Michel Jeunesse
Année: 2003
 
Hors liste de référence
Niveau selon moi: Cycle des apprentissages fondamentaux
 
Résumé:

Habib vit en Algérie. Maurice vit en France. Lors de la guerre d'Algérie, ces deux hommes combattent chacun pour leur pays. Après la guerre, chacun met au monde un enfant. Thierry, le fils de Maurice, et Assia, la fille de Habib, devenus adultes, se rencontrent et tombent amoureux. De leur amour naît un enfant: Wahid, dont les deux grand-pères se sont battus l'un contre l'autre. Ainsi, avec le temps, l'amour est plus fort que la guerre.
 
Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce livre aux illustrations très colorées, au texte très court et que je trouve particulièrement adapté pour des élèves de cycle 2 (construction des phrases, vocabulaire....). Le thème de la guerre d'Algérie est particulièrement intéressant car il permet aux enfants de se situer dans l'Histoire, d'apprendre ce que leurs grand-parents ou arrière-grand-parents ont pû vivre dans le passé, et de se demander d'où viennent les animosités entre français et algériens.
 
Quelques idées...


  • Histoire: La colonisation (BO: Culture humaniste=> "distinguer le passé récent du passé plus éloigné [...] découvrir quelques éléments culturels d'un autre pays")
 
  • Arts visuels: Travail sur les illustrations traitées en parallèle (Algérie//France). Constater comment a été rendue visuellement la rencontre entre les deux peuples (suppression du parallélisme), puis la rencontre entre les deux amoureux. Travail sur les codes couleurs: guerre => couleurs ternes (noir/rouge/bleu); rencontre entre les amoureux => couleurs vives (couleurs de l'arc en ciel). On pourrait pour cela élaborer une frise chronologique représentant les différents évènements au cours du temps, en symbolisant avec des couleurs représentatives les périodes de colonisation, guerre et paix.
 
  • Français: Après lecture de l'album, supprimer le texte et écrire une ou deux phrases par double-page, pour raconter l'histoire (il y a 12 double-pages, donc j'imagine un travail en groupe de 2 ou 3, chaque groupe ayant une double-page).
 
Associations thématiques:


  • L'Afrique:
 
- "Moi, Dieu Merci qui vis ici", Thierry Lenain, Albin Michel Jeunesse.
- "L'Afrique de Zigomar", Philippe Corentin, L'école des loisirs.
- "L'Afrique petit Chaka", Marie Sellier, Réunion des Musées Nationaux.
- "Mon miel, ma douceur", Michel Piquemal, Didier jeunesse.
 
  • Notre passé:
 
- "Petit Sapiens, La vie de famille (volume 1)", Ronan Badel, Lito.

Un pacte avec le diable

Auteur: Thierry Lenain
Editeur: Pocket Jeunesse
Première édition: 1988
Année: 2001 
 
Prix Sorcières en 1989

Hors liste de référence

Niveau selon moi: Fin Cycle des Approfondissements - Collège


Résumé:

Roxanne, jeune adolescente, ne supporte pas le compagnon de sa mère. Suite à une dispute avec lui, elle décide de fuguer pour aller chez son père. Ce n'est qu'en arrivant à la gare qu'elle lui téléphone pour le prévenir. Le répondeur lui apprend qu'il sera absent jusqu'à la fin de la semaine. Ne sachant où aller, elle se rend dans un bar où elle rencontre un homme d'une vingtaine d'années, qui lui propose de dormir chez lui. Sans se méfier, elle accepte. Mais à la vue du logement insalubre, elle prend peur. Alors qu'elle lutte contre le sommeil, pour pouvoir s'échapper, elle le voit se faire une injection d'héroïne. Prise de compassion, elle décide de lui venir en aide. Une forte amitié se noue entre eux, mais le jeune homme va de mal en pis, fait des crises de manque et devient agressif. Il lui explique qu'il a signé un pacte avec le diable. Au début, tout est merveilleux, mais très vite tu te retrouves prisonnier. Roxanne contacte une association d'aide pour les drogués, où on lui explique quoi faire pour aider son ami. Mais il est trop tard. Le jeune homme est mort. La jeune fille, désemparée, s'enfuit. Chez son père, elle décide que jamais elle ne signera de pacte avec le diable.
 
Mon avis (2009):

Un sujet poignant, les mots pour le dire, des valeurs irréprochables, et des thèmes d'actualité qui préoccupent les préadolescents. Cependant, le sujet semble délicat à traiter en classe. Au vu de mon manque d'expérience, je ne me vois pas traiter ce sujet en classe car je ne vois pas bien sous quel angle l'aborder... Peut-être après quelques années d'enseignement... Si quelqu'un a des pistes, je suis preneuse!

EDIT février 2013:

Des enfants plongés dans "Enquête d'action", ou comment avoir des discussions en classe autour de reportages mal compris, sur lesquels les parents répondent de façon très évasive, n'osant pas choquer leurs marmots, et préférant les laisser s'interroger et établir des idées erronées sur tout un tas de choses.
Donc, en classe, en parlant des dangers d'internet, nous voilà dérivant sur "les dangers des drogues", ou comment croire que l'alcool n'est pas dangereux, le cannabis élevé au même rang que l'héroïne ou la cocaïne, tandis que la cigarette, dérisoire pour certains, a révélé être responsable de querelles familiales et de tensions quotidiennes, subies par les enfants.
Bref, "Un pacte avec le diable" de Thierry Lenain a fait écho dans ma tête, et le voilà commandé pour pouvoir le lire et en parler avec les élèves. Un livre coup de coeur, que je n'osais pas exploiter en classe, car je ne savais pas comment l'introduire. Un livre qui s'est invité de lui-même pour répondre à leurs interrogations, leurs questions...


Je reviendrai donc sur cet article pour vous donner des nouvelles des réactions des élèves... A suivre!

La double mort de Mimi Turtle

Auteur: Lisette Morival
Illustrateur: Stéphane Sénégas
Editeur: Magnard Jeunesse
Collection: Les p'tits intrépides

Année: 2001
Age préconisé par l'éditeur: dès 7ans


Hors liste de référence.
Niveau Selon moi: CE1/CE2
 
Résumé:

Mimi Turtle, écologiste fervente protectrice des tortues de Mayotte, est prête à tout pour empêcher les braconniers de tuer les tortues. Mathieu, qui vient d'emménager, la découvre morte sur une plage. Il va au commissariat pour porter plainte, mais personne ne le croit. Il insiste et finalement, on lui demande de garder ça pour lui. Le lendemain, dans le journal, on signale la disparition de Mimi Turtle. Mathieu doit faire un discours public pour expliquer ce qu'il a vu, quand Mimi arrive. Elle a manigancé tout ça pour faire un coup médiatique en faveur de sa cause. Ainsi, toutes les plages sont déclarées inconstructibles, sauf une. Peu de temps après, un flash radio annonce l'assassinat de la scientifique sur une plage. Mathieu s'y rend et trouve dans l'eau un bouton de manchette permettant l'identification du meurtrier. Chacun remercie Mathieu pour son aide. Dorénavant, tout l'appelle "Mat Turtle", en l'honneur de Mimi.


Mon avis:

Je me suis prise au jeu de l'enquête, et j'ai beaucoup aimé ça. De plus, l'aspect écologique de la cause défendue est un sujet qui me touche beaucoup, et que j'aborderais certainement en classe.
 
Quelques idées:

- Projet global de protection de l'environnement et d'écocitoyenneté.

- Français (dans le cadre du projet): Productions écrites diverses possibles, comme "Imagine que toi aussi, tu veux aider un scientifique dans sa lutte pour la protection de l'environnement. Explique ce que tu ferais."

- Investigation: Des recherches personnelles peuvent être envisagées, dans les journaux régionaux et nationaux, pour voir si des actions pour la protection de l'environnement sont envisagées à proximité. Un projet de classe peut éventuellement être monté pour venir en aide à une association proche de la commune, et qui accepterait d'envoyer un représentant à l'école pour témoigner et expliquer en quoi consiste leur action.

Petit Sapiens, Tome 1 - La vie de famille

Scénariste / Illustrateur: Ronan Badel
Couleur: Laetitia Gendre
Editeur: Lito
Collection: Onomatopée
Année d'édition: 2006


Cycle des approfondissements


Résumé:

Petit Sapiens vit avec sa famille. La vie n'est pas simple à la prairie quand il pleut tout le temps. Après des recherches laborieuses, ils s'installent dans une grande grotte à l'abri des bêtes sauvages. Ils y rencontrent des prognathes (pas assez évolués selon papa), chassent le mammouth (mais en mangent très peu car c'est difficile de l'attraper), cueillent des fruits pour se nourrir et tuent de petits animaux. La sœur de Petit Sapiens, en pleine crise d'adolescence, ne lui parle plus, mais pépé est là pour raconter des histoires et l'aider à s'endormir. Finalement, la famille s'est bien adaptée à ce nouveau lieu de vie, et Petit Sapiens dessine ses découvertes au charbon, sur les murs de la grotte.
Bien que sédentarisé, Petit Sapiens partira découvrir des lieux inconnus.


Mon avis:

J'ai beaucoup aimé ce livre situé dans un passé très lointain par rapport à nous et pourtant très proche de l'univers de l'enfant (personnage principal = petit garçon; écriture très enfantine: c'est Petit Sapiens qui écrit; cadre = famille...). Il permet une ouverture des enfants vers un monde imaginaire et pourtant inscrit dans l'histoire de l'humanité.

Quelques idées:



  • Arts visuels: caractéristiques artistiques de la BD (bulles, vignettes...). Une séance de peinture à l'argile et de dessin au charbon (comme Petit Sapiens) peut être envisagée, afin de réaliser des fresques.
  • Sciences: Qu'est-ce que l'argile? Où en trouve-t-on? Comment peindre à l'argile?
  • Histoire: au fil du texte, faire une description des hommes préhistoriques (Homo sapiens, Homo neanderthalensis...)
  • Français/Littérature: Découverte de la Bande Dessinée. Travail sur le discours direct.
  • Expression corporelle et théâtrale: Par petits groupes, choisir un passage du livre et faire une pièce de théâtre.
 
Regroupements thématiques:


  • Les enfants dans la Bande Dessinée:
- Ludo, "Tranches de quartier" (Volume 1), Bailly et Lapierre, Editions Dupuis.
- Oscar, "Le roi des bobards" (Volume 4), Durieux, Editions Dupuis.
 
  • Notre passé:
- "Wahid", Thierry Lenain (Album hors liste de référence).

Oukélé la télé

Auteur: Susie Morgenstern
Illustrateur: Pef
Editeur: Gallimard jeunesse
Collection: Folio Cadet

2002 

Cycle des apprentissages fondamentaux


Résumé:

Stéphane est passionné de télévision. Ses parents, fermement contre l'abus de télé, cachent le poste de télévision tour à tour dans des lieux différents. Ainsi, Stéphane passe son temps à la recherche de l'engin, et regarde toutes sortes d'émissions en l'absence des parents. Or, un jour, il se fait surprendre par sa mère, qui décide d'enfermer la télé à la cave et de cacher les clefs. Celles-ci s'avèrent introuvables, et le garçon s'allie avec sa sœur pour acheter un poste d'occasion en cachette. Tous les jours, Stéphane passe des heures devant la télé, inventant toutes sortes d'activités culturelles afin que sa mère ne se doute de rien. De jour en jour, son visage blêmit, se décompose, jusqu'à ce que la maman ne s'inquiète de la suractivité de son fils. Pour l'aider à se détendre, elle ressort le poste de télévision au salon, mais il a trop peur des réprimandes et continue à se cacher pour la regarder. Petit à petit, Stéphane se lasse et reprend goût aux lectures et autres activités. Seul vestige de sa passion passée reste la lecture du programme télévisé chaque matin.


Mon avis:

Bien que le sujet abordé ne soit pas d'une grande profondeur, ce qui peut rendre ce roman inintéressant aux yeux de certains, j'aime  beaucoup ce livre au ton franchement humoristique.
Autant le personnage de Stéphane est vraiment attachant par son esprit débordant de créativité, autant les illustrations ne gâchent rien au personnage, en en faisant un fou de télé aux cheveux en pêtard, électrisés par la surconsommation d'images.
De plus, ce roman parle de l'une des grandes injustices que ressentent quasiment tous les enfants un jour dans leur vie: être privé de télé, non mais rendez-vous compte!!!
Bon, j'avoue que les révélations de Marie Mélisou sur son amie lors de l'écriture de ce livre ne font qu'ajouter à mon plaisir de le lire ;-)

Quelques idées en passant...


Aborder l'humour dans la littérature, en comparant plusieurs œuvres humoristiques, et en expliquant à travers un tableau récapitulatif les différentes façons possibles de faire de l'humour en littérature (personnages, situation, jeux de mots, caricatures, lieux ...)

Loulou


Auteur / Illustrateur: Grégoire Solotareff
Editeur: L'école des loisirs
Année: 2001 

Maternelle - Début du Cycle des apprentissages fondamentaux

Résumé:


Loulou est un jeune loup, qui n'a jamais vu de lapin. Il rencontre alors un lapin qui, lui, n'a jamais rencontré de loup. Ils deviennent amis, malgré les différences qui devraient les séparer. Leur jeu favori est "peur du loup" et "peur du lapin". Lorsqu'ils jouent au premier jeu, le lapin est toujours effrayé, mais la réciproque n'est pas. Un jour, en jouant à "peur du loup", Loulou effraie tellement le lapin que ce dernier décide de se cacher dans son terrier et de ne jamais en ressortir. Loulou est très malheureux, mais voyant qu'il ne peut pas revenir en arrière pour tout effacer, il se résigne et s'en va.
Alors qu'il marche dans la campagne, au loin, des loups voyant ses oreilles dépasser le prennent pour un lapin et le pourchassent. Loulou, effrayé, découvre ce qu'est la peur du loup. Il retourne voir son ami, et lui promet de ne plus jamais jouer à ce jeu. Le lapin lui pardonne, et les voilà réconciliés.
 
Mon avis:

J'ai bien aimé ce livre qui parle d'une amitié improbable entre deux individus très différents.
Je trouve cependant ce livre trop pauvre pour en faire une lecture exploitable en classe, et le réserverai plutôt pour les séances de lecture plaisir (lecture offerte par l'enseignant / possibilité de feuilleter l'album au coin lecture...).
Malgré tout, je trouverais intéressant de l'étudier dans le cas d'une classe très hétérogène sur le plan des cultures ou des classes sociales. En effet, je pense que ce livre présente un intérêt important sur le plan moral, et peut aider à aborder le "vivre ensemble" en maternelle. De plus, le problème de la "peur du loup", est un problème récurrent chez les enfants, et ça peut être intéressant de les amener à s'exprimer sur ce sujet.

Attention!!!
Si vous souhaitez lire ce livre avec des tous petits (jusqu'à 4 ans...), pensez aux plus sensibles qui risquent de faire des cauchemars à cause du grand méchant loup qui fait peur... Une fois ce stade passé, en général, la peur du loup devient un jeu, et ils sont fin prêts à se régaler avec cet album.
 
Quelques "idées":

Bien que je n'apprécie pas vraiment l'idée de la littérature en tant que prétexte pour le travail scolaire, je pense que cet album offre un grand nombre de "prétextes" pour la pratique d'activités dans tous les domaines scolaires (aider le lapin à retrouver son chemin; jouer au "lapin glacé"; apprendre ce que mangent les loups et les lapins; apprentissage de la syllabe "lou" ...)

Le jour où j'ai raté le bus

Auteur: Jean-Luc Luciani

Illustrateur: Olivier Blazy
Editeur: Rageot
Collection: Cascade
Age préconisé par l'éditeur: 9-11ans

Année: 2003 

Cycle des approfondissements


Synopsis:

Benjamin est un adolescent handicapé, qui se rassure à travers des journées répétitives, sans surprise. Or, aujourd'hui, tout va de travers: il rate le bus car le réveil n'a pas sonné, le taxi chargé de l'amener à l'école a un accident, il monte dans un bus qui l'amène dans lieux inconnus de sa propre ville. Confronté à ses angoisses, loin des siens, comment fera-t-il pour s'en sortir?


Mon avis (2009):

J'ai bien aimé ce livre, sans être transcendée. Le point de vue de l'enfant est très bien mis en valeur. Ses aventures dans la ville deviennent extraordinaires même pour le lecteur. Cependant, bien que ce livre ait reçu de nombreux prix, je suis restée sur ma faim sur le plan de l'émotion.
 
Edit (2013):

Maintenant que j'ai des élèves de cycle 3, que je découvre un peu plus les sujets qui les touchent, qui les passionnent, je suis bien plus convaincue par le livre. Je suis presque certaine que les lecteurs auxquels ce livre est destiné seront touchés par ce roman, pourront s'identifier au personnage, et mener une réflexion sur le handicap. De plus, des élèves de CM1-CM2, qui commencent à se poser des questions par rapport au collège, sont eux aussi sujets à la peur de l'inconnu, et pourront ainsi mieux comprendre le vécu de Benjamin.

Finalement, je suis peut-être restée sur ma faim, mais peut-être parce que j'en aurais voulu un peu plus... :D

Le chat qui parlait malgré lui



Auteur: Claude Roy
Illustrateur: Willi Glasauer
Editeur: Gallimard jeunesse
Collection: Folio Junior
Age préconisé par l'éditeur: Dès 8ans
Année: 2002 

Cycle des approfondissements

Résumé:

Gaspard, le chat de Thomas, découvre un jour qu'il est doué de parole. Il parle même en vers! Par crainte de devenir un animal de foire, il se confie à Thomas, qui se fait alors passer pour ventriloque vis-à-vis des adultes. Cela le protège lors de ses interventions incontrôlées, alors que l'envie le démange de dire leurs quatre vérités aux personnes. Cependant, le jour où des escrocs tentent de vendre une voiture volée aux parents du garçon, ce dernier est à l'école. Gaspard ne peut s'empêcher de protéger son maître de l'escroquerie et l'avertit oralement de la supercherie. Le père de Thomas découvre alors le secret, qui sera bien  gardé par toute la famille.
En réalité, tous les chats sont doués de parole, mais ils sont bien assez malins pour ne jamais se faire entendre!

Mon avis (2009):

J'ai beaucoup aimé ce livre, dans lequel la poésie permet au chat de s'exprimer, tout en gardant fantaisie, légèreté et humour. J'ai dégusté ce livre comme une sucrerie, dont je n'étais pas rassasiée à la fin.

EDIT (2013)

Quelques années après avoir lu ce livre, je garde en moi le souvenir d'un véritable plaisir à la lecture de ce livre, qui m'a fait rire, m'a émue, et m'a donné un regard neuf sur cet animal si familier qu'est le chat...

Quelques idées:

Exploitation en classe autour de la poésie, des calligrammes...
Des débats et des questionnements peuvent être envisagés autour des problèmes soulevés par Gaspard. L'imagine un travail d'écriture soit de poèmes, soit une petite rédaction où l'animal de compagnie de l'enfant (ou animal imaginaire) exprime ce qu'il ressent, ce qu'il aime faire ou pas.

Associations thématiques:
  • Calligrammes:
Poésies de Guillaume Apollinaire...
  • La vie selon un chat:
- "Journal d'un chat assassin", Anne fine, Collection Mouche de L'école des loisirs.

La Belle au bois dormant

Auteur: Tahar Ben Jelloun 
Illustratrice: Anne Buguet
Editeur: Seuil

Collection: Création Jeunesse
Année: 2004 

Cycle des approfondissements


Résumé:


La princesse Jawhara est condamnée à mort par une terrible sorcière car elle n'a pas été invitée pour la réception organisée en l'honneur de la naissance de l'enfant. Un objet pointu sera la cause de cette mort! Mais c'est sans compter sur le soutien des bonnes fées, qui lancent aussitôt des contre-sorts. Suite à la piqûre, la princesse dormira cent ans.
Jawhara est alors une jeune femme lorsque ce sortilège se réalise. Cela fait cent ans que la princesse dort d'un profond sommeil quand le prince Qaïss rêve de son arrivée au château de la belle, qu'il réveille d'un doux baiser. Convaincu que son rêve doit se réaliser, il part à sa recherche. A son réveil, la princesse se trouve transformée. Sa peau a noircit pour préserver sa douceur. Or, la noirceur n'est pas du goût de sa belle-mère.
Rejetté, le couple s'enfuit alors au "village des rêves réalisés", où naissent 2 jumeaux. La belle-mère veut qu'ils reviennent. Qaïss, qui croit en la bonne foi de sa mère, accepte. Mais celle-ci part en mer, et tente de tuer les deux enfants. Or, un pêcheur les sauve de la noyade, et la reine désemparée fait venir un ogre sanguinaire pour prélever le foie de la princesse. Face à la beauté de la jeune femme, l'ogre se ravise et ramène un coeur de porc empoisonné à la marâtre, qui le dévore.
Suite à la mort de sa mère, Qaïss est nommé roi, et Jawhara se voit proclamée reine, à la jeunesse éternelle.
 
Mon avis:

J'ai beaucoup aimé cette version du conte pourtant très connu, que Tahar Ben Jelloun s'est totalement réapproprié, pour y amener une dimension moralisatrice plus actuelle. Non seulement ce conte est bien écrit, mais en plus il nous fait voyager pour notre plus grand bonheur dans le  monde des contes et légendes du Moyen-Orient. La réflexion sur la différence, la couleur de peau et le rapport à l'esclavage prend toute son importance dans le conte, sans le dénaturer, et sans non plus entrer dans l'excès, préservant ainsi le plaisir et le bonheur de la lecture.

Le Génie de la boîte de raviolis

Scénariste: Germano Zullo
Illustratrice: Albertine
Collection: Somnambule
Editeur: La Joie de lire
Année: 2002
 
Cycle des approfondissements Niveau 1


Résumé:


Armand tamponne le label "100% qualité" sur les boites de raviolis dans une usine. Pour le repas, il ouvre une boite de raviolis, et un génie en sort, lui proposant de réaliser 2 vœux. Armand choisit tout d'abord une prairie, avec plein de fleurs, des oiseaux, des moutons... Ensuite, Armand désire un banquet digne d'un roi, qu'il partage avec le génie. Finalement, le génie peut retourner chez lui. Mais il ne parvient pas à rentrer dans sa boîte de raviolis! Armand lui propose alors de réaliser un vœu, mais un seul... Le génie souhaite tremper les pieds dans un ruisseau. Aussitôt dit, aussitôt fait!
 
Mon avis:


Je n'ai pas beaucoup aimé cette Bande dessinée, car je suis déçue par le scénario qui manque d'un je-ne-sais quoi. Pourtant, ça avait plutôt très bien commencé avec les premières planches qui présentent la ville, l'usine, et qui fourmillent de clins d'œil comiques. Probablement ai-je du mal à me positionner entre le côté poétique très superficiel et l'humour pas assez approfondi à mon goût.


Des pistes pédagogiques?


  • En ce qui concerne la scène du banquet digne d'un roi, j'aurais envie de mettre en réseau avec le repas que prend Obélix dans "Les douze travaux d'Astérix"... Cependant, j'aime tellement cette scène d'Astérix que celle du Génie de la Boîte de Raviolis paraît bien fade... Est-ce une si bonne idée?
 
  • Certainement un intérêt de cette bande dessinée est le jeu qui est fait autour du génie qui normalement réalise 3 vœux, vit dans une lampe... Donc une mise en réseau autour du conte Aladdin et la lampe merveilleuse pourrait être réalisé. Peut-être un travail autour de la modernisation du conte, le choix de le faire en Bande-dessinée... Le réseau se construirait mieux certainement en cherchant d'autres œuvres qui mettent en scène un génie.
 
Pour aller plus loin:


Voici la bande-annonce du film qui a été réalisé à partir de la Bande dessinée. Ne pourrait-on pas réaliser une séquence en arts visuels autour du film, avec éventuellement production d'un court-métrage? (Ce n'est pas très difficile à faire, faut juste en avoir le temps, et avoir le bon logiciel, mais je pense que c'est très enrichissant pour des enfants).


LE GÉNIE DE LA BOÎTE DE RAVIOLIS (Extrait) par heeza